Archives pour la catégorie Non classé

Tous à vélo

 

Quelques rayons de soleil, des projets d’été qui se profilent et une envie d’enfourcher un vélo?
C’est une invitation au voyage que nous vous proposons de partager lors de notre prochain Café des Bonnes Nouvelles.
L’association « Alter Tour » organise depuis 10 ans, un tour de France estival des alternatives citoyennes (tous ces projets que nous aimons promouvoir): une expérience à découvrir absolument.
Le Val d’Oise développe les pistes cyclables, des lieux s’ouvrent pour nous aider à entretenir nos bicyclettes ….: quotidiennement ou ponctuellement, le vélo s’inscrit dans le paysage.

Et quand l’été arrive, enfourcher son vélo en famille pour partir devient une initiative bien tentante. (témoignage)

Nous espérons vous retrouver très nombreux lors de ce nouveau Café à Maffliers, dans le beau parc de la mairie, le samedi 20 mai à partir de 16h30.
Nous serons accueillis par une association  locale « l’échologic »
Comme d’habitude, les sacoches de votre vélo seront emplies de bonnes nouvelles à partager!
​Alors pour vous, ce sera thé ou café?​

Enregistrer

Enregistrer

Sociocratie aux Grands Voisins

Conférence sur la Sociocratie aux Grands Voisins – Paris XIVème

Depuis longtemps nous  souhaitions découvrir ce site, installé dans les anciens locaux de l’hôpital Saint Vincent de Paul,  et nous n’avons pas été déçus.

Par ce timide après-midi d’hiver, le lieu est bien vivant et de multiples espaces d’accueil  invitent les promeneurs à se poser pour dialoguer, écouter de la musique, partager un verre, engager une partie de pétanque….

rencontre

Si le logo des Incroyables Comestibles n’est pas visible, leur esprit plane sur chaque rencontre végétale. Jardins partagés et permaculture sont omniprésents.jardin

Une partie du site, réservée au  camping, présente de drôles de constructions, et un confort très personnalisé.camping

En résumé, un lieu plein de créativité joyeuse qu’on aimerait avoir près de chez soi, à défaut d’y habiter.

Pour découvrir : http://lesgrandsvoisins.org/

Nous avions prévu une visite de la serre d’aquoponie. Une serre magnifique, réalisée par l’association « Yes We Camp ». https://yeswecamp.org/

serre

La culture hydroponique est associée à l’élevage des poissons : dans un système en principe-aquaponieboucle, l’eau souillée par les poissons est pompée vers les plantes qui se nourrissent  de leurs déchets et filtrent  l’eau qui retourne ensuite, purifiée, vers les poissons.

Dans le premier module les plantes poussent sans terre dans des billes d’argile. Un second module est en route qui teste un processus visant à  faire « flotter » les légumes sur l’eau dans des barquettes.

L’objectif est de produire des légumes pour le café restaurant et de récupérer des déchets de cuisine pour nourrir les poissons.

Le principe semble simple, cependant plusieurs tests sont encore à l’étude dans ce lieu.

Sur l’aquaponie : http://www.aquaponie.fr/

Merci à Ambre pour cette visite commentée.

Autre motivation à nous rendre aux Grands Voisins ce jour : une conférence sur la Sociocratie organisée par le mouvement des Colibris.

La présentation est menée par Yannis Camus, formateur http://www.alterego-cooperation.fr/.

L’exposé est synthétique et précis.  4-principes

La Sociocratie promeut l’intelligence collective au service du succès d’objectifs communs.

Elle repose sur 4 principes qui rendent leurs pleins pouvoirs aux citoyenslivre.

Un livre est conseillé qui détaille ce mode de gouvernance: « La démocratie se meurt, vive la sociocratie » de Gilles Charest, (mais il semble difficile de se le procurer).

Pour découvrir  le sujet :

http://www.sociocratie.net/index.php

L’ancien amphithéâtre était complet pour un cours d’une toute autre nature que ceux qui étaient dispensés dans cet ancien hôpital. (Vous nous voyez ?)

amphi-2

 

 

 

 

 

Une journée riche d’informations.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Projection « Sacré Village »

Voyage en Ungersheim

Complète notre petite séance de cinéma ! Merci à tous.

Nous nous excusons auprès des personnes qui n’ont pas pu s’inscrire. Nous ferons mieux la prochaine fois.ob_73edb7_sacrevillage-png

Nous assistons, ces dernières années, à la sortie de nombreux films qui alertent sur les excès de nos modes de vie. Plus constructifs, des reportages témoignent de solutions viables et progressistes, inscrites dans un avenir compatible avec les ressources de notre planète. En mémoire le très emblématique film « Demain » qui a parcouru le monde.

Aujourd’hui, nous  visitons un village de France, et nous étions nombreux, à l’issue du film, à imaginer combien il pourrait être plaisant de vivre à Ungersheim.

Depuis 30 ans les habitants de ce petit territoire ont montré que nous possédions, localement, les ressources, les idées, les outils pour construire un avenir moins gourmand en carbone, moderne, plus proche des besoins humains de bonheur et de partage.

Le cercle vertueux de la transition relie tous les domaines de nos besoins essentiels : l’alimentation, l’habitat, l’énergie, l’éducation, le vivre ensemble.

A défaut de déménager, nous pouvions imaginer quel chemin emprunter pour nous engager dans la voie de la transition sur nos territoires.

projection

De nos échanges, nous retiendrons que :

Pour l’alimentation :

ic

– le mouvement des Incroyables Comestibles essaime sur nos territoires. Plusieurs municipalités accueillent favorablement les demandes d’habitants.

*La commune de St Prix recherche des volontaires contact – PASQUIER@saintprix.fr

*Sur Saint leu, création prochaine d’un deuxième site aux Tannières : infos Sylvie 0623515865.

*Ermont bouillonne, qui tente l’étincelle ?

*Le mouvement national fournit de nombreux outils : http://lesincroyablescomestibles.fr/

– Christophe Roussel souhaite s’installer en maraîchage bio. Mais il y a très peu d’espace disponible sur Ermont.

Il serait ravi d’entrer en contact avec des propriétaires du secteur, intéressés par sa démarche. Contact christopheroussel@me.com

Construire une ceinture maraichère autour des villes est une étape importante vers la résilience alimentaire, vers les circuits courts, l’alimentation saine, l’introduction d’aliments bio dans les cantines, la création d’emplois locaux….. bref, c’est indispensable et si vous n’êtes pas convaincus, on peut revoir le film !

ferme– voici une ferme à découvrir : La Ferme pédagogique de la butte Pinson (16 rue Suzanne Valadon 95360 Montmagny)  http://www.la-ferme-pedagogique.org/La-fermede-la-Butte-Pinson

Une ferme qui vous invite à danser le dimanche !

– Les AMAPs, « la ruche qui dit oui » sont des sources d’approvisionnements locaux et généralement bios. A noter que les Ruches de Maffliers et de St Ouen l’Aumône abritent respectivement une association l’Echo-logic (https://lechologic.org/) et une école alternative, les Bourseaux.2016_consommer_moins_et_mieux_en_val_doise

– il est possible de retrouver de nombreuses adresses pour « consommer moins et mieux en Val d’Oise » dans le livre homonyme. Ouvrage collectif coordonné par Marie Noëlle Budini, qu’on peut se procurer sur le site du « journal de François »:         http://www.journaldefrancois.fr/consommer-moins-et-mieux…-en-val-d-oise.htm

 

Pour l’habitat :

Des projets d’habitat participatif écologiques se montent dans le département :

* le projet Atonix à Courdimanche débutera sa construction en 2017. Un logement de 90m2 + parties communes est vacant. Contact Sylvie 06 23 51 58 65  http://atonix.fr

* l’éco hameau, très beau projet rural, à St Cyr en Arthies. http://lechampfoulon.net/ 0134486610

* près de la gare de Valmondois, Unamim –accompagnateur de projet- constitue un groupe pour un projet en autopromotion. Prochaine réunion le 28 janvier 2017 contact :

http://www.unanimm.fr/index.php?page=valmondois

* l’association CAPH a visité plusieurs terrains du département, des projets vont naître, à suivre.

Pour l’expression citoyenne :forum-ermont

– la commune d’Ermont lance une consultation agenda 21. Recueil de toutes les initiatives citoyennes au bout de ce lien : forumcontributif.makesense.org. Il est encore possible de faire des propositions jusqu’au 28 janvier. Ensuite rencontre au forum les 25 et 26 février.

https://www.dailymotion.com/video/x57vr33_teaser-forum-contributif_lifestylemaison-citoyennete-kingersheim-2

-la démocratie participative est employée à Ungersheim pour discuter des orientations à prendre.Pour découvrir ou redécouvrir ce fonctionnement démocratique, à  voir ou revoir,  le témoignage de Jo Spiegel maire de Kingersheim – village voisin:

https://www.youtube.com/watch?v=v3IbTNZzZ3E&feature=youtu.be270-demosphere

– la région Ile de France possède un agenda alternatif bien documenté: Démosphrère :  https://paris.demosphere.eu/

 

– sur France Inter, à 12h30 chaque jour de la semaine, les Carnets de Campagne de Philippe Bertrand visitent les régions françaises pour nous faire découvrir des initiatives citoyennes économiques, culturelles, sociales et solidaires. Il recueille les témoignages dans les départements visités. Il suffit de communiquer  sur le site de projets qui vous tiennent à cœur.

Actualité département 95 en février… si vous avez des idées :

https://www.franceinter.fr/contact…

Pour l’énergie :pedibus

– A Saint Prix une partie du ramassage scolaire se fait, non à cheval, mais par pédibus. Toutefois le cheval est bien présent qui  collecte les déchets verts !

– En cette période très froide, Ségolène Royale se réjouit que la production d’énergie renouvelable palie la fermeture de 6  centrales nucléaires (ndrl : pourquoi les rouvrir ?).

Le stockage de l’énergie semble être un frein, mais de nombreuses solutions apparaissent.

En voici une parmi d’autres : https://www.youtube.com/watch?v=N2u6EDwumdQ

Le mix énergétique est une idée très importante à défendre pour favoriser la résilience des territoires.

– Le nouveau scénario Négawatt est disponible qui présente de façon très précise le chemin à suivre pour sortir du gaspillage énergétique et produire sans nuire à la planète.

https://www.negawatt.org/

En vrac, nous avons évoqué les monnaies locales, estimant que  ce pourrait être un prochain sujet pour le Café. Nous avons rappelé l’existence des SELs (système d’échange local)(voir dernier compte rendu du Café :  https://cafebn.wordpress.com/ )

Nous avons parlé des « gratiferia » d’Argenteuil : http://alternatiba-argenteuil.org/zone-gratuite/ et de la Pastèque : https://www.facebook.com/lapastequeantigaspi/

repas

Ensuite nous avons ouvert le buffet- magnifique!- que chacun avait contribué à réaliser. Alors les échanges se sont poursuivis dont nous n’avons pas connaissance, car -même si on ne parle pas la bouche pleine- la salle bourdonnait très agréablement. Merci à tous. Et n’hésitez pas à compléter ce petit compte rendu.

affiche-marie-monique-robin-600-d1607

Alors « Qu’est-ce qu’on attend ? »

 https://www.youtube.com/watch?v=QwLvYV301MA&feature=youtu.be

Bonus :                     la recette du gâteau à la Carotte

(sans gluten et sans beurre apporté par une participante et qui fut fort apprécié)

INGREDIENTS : Pour 8-10 personnes

250 g de carottes râpées -250 g de poudre d’amande ou moitié poudre d’amande/moitié poudre de noisette – 100g de sucre roux – 1 sachet de sucre vanillé – 5 œufs- 1 cuillerée à café de levure – 1 pincée de sel – du beurre pour le moule.

PREPARATION :

Préchauffer le four à 180°.
Éplucher les carottes, les laver et les râper.
Séparer les jaunes des blancs.
Battre les blancs en neige avec une pincée de sel.
Battre les jaunes avec le sucre roux et le sucre vanillé.

Ajouter la poudre d’amande ou amande/noisette , la levure , les carottes et mélanger.
Incorporer 1/3 des blancs en neige, mélanger délicatement.
Recommencer avec la totalité des blancs restant.
Mettre la pâte dans un moule à manqué beurré.
Cuire 30 minutes.
Déguster froid ou tiède.

 

 

Enregistrer

Quand la BD raconte

Les seigneurs de la terre:

9782344007631-LScandalisé par les ravages de l’agriculture productiviste et désireux de retrouver ses racines, un jeune avocat brillant décide de changer de vie et de devenir paysan. La transition ne sera pas de tout repos, mais, au bout du chemin, la plus belle des récompenses attend Florian : la reconnexion à la nature. Un bel exemple de courage pour rendre le monde plus bio.

trois exemples citoyens de production d’énergie

    Des projets de développement des énergies durables financés par les particuliers essaiment en France. Comme ceux soutenus par l’association Energie partagée.

img-couvLa loi de transition énergétique d’août 2015 devrait favoriser ces expériences, notamment grâce à la possibilité pour les collectivités de participer au capital des sociétés de production d’énergies renouvelables.

http://www.liberation.fr/futurs/2016/01/31/cueillette-solaire-sur-des-toits-du-puy-de-dome_1430197

Café: nature généreuse: Incroyables Comestibles, jardin partagé, glanage.

 

Nos premiers lâchers de bonnes nouvelles avaient des couleurs de printemps : le retour des grenouilles et de la faune sauvage dans les bassins de rétention d’eau, la cueillette d’asperges des bois dans nos bois citadins, le sauvetage d’un oisillon. La Nature toute proche comme un baume sur notre humeur.

Et c’est bien la nature qui était l’invitée vedette de notre café : la nature et sa générosité.

Au programme les incroyables comestibles, un exemple de fonctionnement de jardin partagé et le glanage.

Une nature généreuse à multiplier : photos ICPetit retour historique sur le mouvement des Incroyables Comestibles (IC) né en 2008 dans une banlieue sinistrée par la crise économique en Angleterre, et une idée simple et généreuse qui nait de l’initiative de deux citoyennes, une idée qui se répand aujourd’hui sur toute la planète.

Cette idée est reprise en 2012, en France par Jean Michel Herbillon et François Rouillay. C’est ce dernier qui nous raconte cette belle aventuresur la vidéo suivante :F. Rouillay

https://www.youtube.comwatch?v=ZfFbD9pBREA

 

Un principe simple : jardiner ensemble pour produire localement la nourriture nécessaire à consommer librement et gratuitement. La nature est généreuse, une graine plantée c’est cent graines récoltées si nous nous réapproprions tous les espaces naturels urbains pour planter de la nourriture à partager, nous renouons avec la terre, nous recréons des relations humaines, nous apportons une nourriture saine et gratuite à ses habitants.

5 étapesCette petite part que chacun peut facilement initier à partir des 5 principes définis dans les outils mis à disposition sur le site du mouvement peut avoir des conséquences inattendues. Aujourd’hui à Todmorden, berceau du mouvement, les visiteurs venus en car viennent comprendre comment la ville se dirige vers l’autosuffisance alimentaire (objectif 2020), comment ce mouvement a permis l’essor du commerce et de la production locale ; comment le mouvement est amplifié par l’instauration d’une monnaie locale, comment l’éducation s’inscrit dans la dynamique …..

Et parce que l’étincelle initiale peut être allumée par chacun, nous avons en France 400 villes IC dont la ville d’Albi qui a résolument pris le chemin de l’autosuffisance.ICSite du mouvement national : http://www.incredible-edible.info/ On y trouve toute l’actualité du mouvement.

Et sur le territoire du val d’Oise ?

Plusieurs initiatives sont en cours, retrouver l’information via ces liens: https://www.facebook.com/ic.cergypontoise

https://www.facebook.com/IncroyablesComestiblesCergySAMSUNG.

Notre café s’étant installé à Maffliers,  en partenariat avec l’association l’écho-logic, ( http://lechologic.org/)nous ne manquons pas de rendre visite aux bacs qu’ils ont disposés dans le parc de la mairie, pour discuter, planter et récolter. On y parle (lutte biologique, permaculture, astuces, outils….), évidemment on échange des recettes.      Et voici la recette du sirop de fleurs de sureau que Kerstine a partagé. Les ombelles, embaumant  le parc, ont été cueillies pour tester immédiatement. (Si vous préférez cuisiner les baies, il y en restera suffisamment!)

Pour 1 litre et demi d’eau bouillie, prévoir 2 kg et demi de sucre,  2 citrons lavés et bio, 40 ombelles de sureau. Mettre tous les ingrédients dans un récipient, mélanger et couvrir d’un linge. Laisser macérer 3 à 5 jours dans un lieu frais, en remuant chaque jour pour dissoudre le sucre. S’il reste du sucre non dissout à la fin, passer au bain marie. Filtrer puis garder en bouteille au frais. Un goût exceptionnel.

9782330050511-110x150Pour ceux qui voudraient s’informer sur le mouvement, un livre vient de sortir: « Les incroyables comestibles » aux éditions Actes Sud par les fondatrices anglaises du mouvement.

 

Et si vous tentiez l’aventure n’oubliez pas de faire passer l’info !

Une nature généreuse à partager

Les Incroyables Comestibles proposent de partager librement les espaces de nature urbains. Se retrouver ensemble pour jardiner se décline de bien d’autres façons.

Parfois seules les surfaces sont partagées et les échanges dépendent de la volonté des participants, c’est souvent le cas des jardins familiaux regroupés en fédération         http://www.jardins-familiaux.asso.fr/

Le département compte quelques 2600 jardins familiaux, mais les listes d’attente sont souvent longues. (Montmagny, Herblay, Ermont, Menucourt, Courdimanche, Taverny, Soisy, Cergy…)

Pour un petit historique des jardins familiaux, ex-jardins ouvriers voir cet article : http://www.valdoise.fr/9251-des-jardinjardins familiauxs-ouvriers-aux-jardins-familiaux.htm

Autres associations fédérant des jardins collectifs :

– le jardin des cheminots http://www.jardinot.net/ ,

– l’association Graine de Jardins développe et soutient les jardins partagés franciliens : http://www.jardinons-ensemble.org

 

Certains jardins sont des lieux d’insertion sociale et professionnelle :

les jardins de cocagne : http://www.reseaucocagne.asso.fr/ )

Collectif des jardins d’insertion en Ile de France : http://insertion.jardinons-ensemble.org/

Dans notre département des associations gèrent ces lieux : Inven’terre à Villiers le Bel, Plaine de vie à Ezanville et St Brice, ACR à Vauréal.

Si souvent les terrains appartiennent à des collectivités, il arrive que des particuliers mettent des parcelles à disposition. C’est l’aventure menée par Alain Genest à Domont. « Les Jardins d’Alain, réunissent des personnes qui pratiquent le jardinage et veulent partager leurs expériences et compétences jardinières en toute convivialité ; promouvoir toutes actions ou démarches culturelles ou conviviales, pour créer et favoriser des liens entre les personnes. »

A travers ces expériences, on constate que la générosité de la terre le dispute à une générosité humaine.

L’autre maître mot de ces lieux est le partage des connaissances.

Que ce soit autour des bacs des Incroyables Comestibles, dans les jardins partagés, la mutualisation des connaissances, l’expérimentation tiennent une place importante.

Cristelle Escudier à travers son association « la révolution des petits pois » nous relate son expérience. Imaginant des partenariats, elle fait découvrir aux jardiniers amateurs les courdimancheprincipes de la permaculture. Ainsi, elle a pu démarrer un jardin dans les espaces verts d’une école de Courdimanche où adultes et enfants viennent réaliser de toutes pièces ce lieu d’expérimentation, le dessiner, l’entretenir et en partager les résultats dans des temps de rencontres conviviaux. Une expérience qu’elle multiplie pour pouvoir diffuser des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement, pour rapprocher l’homme de la nature dont notre mode de vie tente de l’éloigner.

La ville de Cergy Pontoise vient de rédiger une charte des jardins partagés dont voici un extrait : « Ces jardins améliorent le cadre de vie des habitants. Ils participent à la présence de la nature en ville et s’intègrent dans les trames vertes et bleues.Ce sont également des lieux d’expérimentation et d’éducation à l’environnement (techniques alternatives à l’emploi des pesticides, gestion écologique des cycles naturels, de l’eau et des déchets, respect des espaces verts et naturels, préservation de la biodiversité, protection de la vie du sol, ).     Enfin, la pratique du jardinage apporte du bien-être et permet d’améliorer l’alimentation avec un impact réel sur la santé des jardiniers habitants et leur entourage. »

L’intégralité du texte est disponible : www.cergypontoise.fr/upload/docs/application/pdf/…/14_-_annexe.pdf

A voir : une ancienne interview d’Eric Prédine, co fondateur des jardins partagés: http://www.dailymotion.com/video/x97sbm_entretien-avec-eric-predine_news

 

Une nature généreuse à récolter :

 Si on n’a pas la chance d’avoir un jardin, la récolte est cependant possible, il convient alors de glaner ou de grappiller.

Première précision : » glaner, c’est ramasser ce qui reste et qui vient de la terre, tandis que grappiller c’est ramasser ce qui reste sur les arbres ou arbustes ».

loiLors de nos échanges durant ce café apparaissent les questions de la limite entre le glanage et le vol ?

La loi autorise le glanage et le grappillage lorsqu’il fait jour, sans outil, après la récolte officielle et dans les lieux ouverts. Cependant la pratique précise qu’il est préférable de demander l’autorisation au propriétaire.

Pourquoi glaner ?  : pour se nourrir, pour lutter contre le gaspillage, pour aider et s’entraider.

Où glaner ? : dans la nature, dans les champs, sur les marchés.

Mais comment faire pour mettre en relation, par exemple ceux qui ont des arbres chargés de fruits et qui les laissent par manque de temps, d’intérêt ou excès et ceux qui sont prêts à ramasser contre un échange de confiture ou de jus ?

Des sites tentent de mettre ces personnes en réseau :

Un site prêt à l’emploi (mais à alimenter) : http://www.glanage.fr/

glanage-en-champ-10-2014Des associations s’invitent dans les champs et les jardins pour récolter puis transformer les fruits et légumes délaissés. Puis elles mettent en relation des glaneurs et des banques alimentaires. Voir ces exemples qui montrent comment chaque parti trouve intérêt dans cette entente :

http://www.solaal.org/300-kg-pommes-terre-glanees-action-educative-citoyenne-ludaf-45/

http://ondine.info/index.php/wkd/show/cartedesglanages

fruimalinThierry témoigne de son expérience  : http://www.dailymotion.com/video/xl9t9b_naturbis-fruimalin-brigade-compotes-fr3-2010_news?

http://www.onpassealacte.fr/initiative.fruimalin-au-secours-des-fruits-non-cueillis.agriculture- durable-alimentation.89106124480.html

http://relais-planete-solidaire.org/
« Depuis 2007, l’association Relais-Planete-solidaire collecte en vrac auprès des particuliers les fruits laissés pour compte et reverse gratuitement 10% de ses collectes aux personnes en difficulté (personnes agées, étudiants), ce qui équivaut aux plus beaux fruits et légumes après tri.
Le reste : défauts d’aspect, de maturité, est requalifié ou transformé.
La revente des produits transformés est consacré à l’achat de matériel ».

D’autres exemples à Nanteglanages ou Caen….

http://www.nantesmetropole.fr/actualite/l-actualite-thematique/glaner-pour-ne-pas-gacher-les-legumes-developpement-durable-70150.kjsp?RH=gasillageART_DEVDURABLE

 

Mais nous, que pourrions-nous mettre en place sur notre secteur ?

« Un petit groupe pourrait établir une carte des sites où glaner librement, puis prendre contact avec des particuliers repérés ». Si vous êtes intéressés par la démarche, contactez le café des Bonnes Nouvelles.

4saisonsjanv15redSur le glanage : voir l’article paru dans 4 saisons du jardin bio, n°211, mars avril 2015.

 

Un film documentaire d’Agnès Varda « les glaneurs et la glaneuse » est disponible sur dailymotion.

Une nature généreuse à encourager :

Autre mouvement à suivre les villes-vergers : les villes commencent à planter des arbres fruitiers en libre accès sur les espaces publics.

vergerPlan du projet de Caen : http://www.caensavezvous.fr/?p=16897

Niort : http://www.vivre-a-niort.com/fr/actualites/dernieres-infos/4986/

Près de chez nous Menucourt, Montmagny (http://www.gazettevaldoise.fr/2014/03/21/butte-pinson-jardins-partages-vergers-et-poulaillers-s%E2%80%99est-parti/).

 La nature est généreuse, nous avons exploré plusieurs pistes qui développent cette qualité et favorisent l’approvisionnement en nourriture pour les plus démunis, luttent contre le gaspillage, renouent des liens citoyens, améliorent notre cadre de vie, nous reconnectent à la nature.                                                                                                   Surprenant, on remarque que cette activité de partage, cette économie circulaire, essentiellement basée sur le don et la gratuité peut aussi créer des emplois.Vraiment un sujet à suivre.

 glaneuse

 

 

café: un cadre pour la transition énergétique

Le Café des Bonnes Nouvelles a participé à la deuxième rencontre de Cergy Ville en transition, organisée par le SEL local.

En écho à la manifestation « débranche tout » promue par le mouvement Colibris, (http://www.colibris-lemouvement.org/revolution/revolutionner-lenergie/le-24-mai-debranche-tout#carte), nous avons souhaité faire découvrir le manifeste NégaWatt qui propose une solution pour la transition énergétique.

Manifeste_CouvertureA partir de 3 constatations

– le climat et l’atmosphère se modifient,

– les énergies fossiles se raréfient,

– le nucléaire est dangereux,

un collectif de scientifiques, d’économistes propose un scénario très précis vers la mutation de notre consommation énergétique pour 2050.

Leur scénario repose sur trois piliers :  Logo démarche nW B

– la sobriété (définir et prioriser les besoins)

– l’efficacité (améliorer les performances)

– les énergies renouvelables (dont la France est très bien dotée).

 

Une synthèse de cette démarche est disponible sur le site de l’association :

http://www.negawatt.org/telechargement/SnW11//Scenario-negaWatt-2011_Dossier-de-synthese.pdf

 

Lorsqu’on est convaincu qu’une transition est nécessaire et qu’on souhaite à son tour faire le pas de coté qui conduit vers des solutions, voici 2 pistes :

– se diriger vers un fournisseur d’énergie verte : « Enercoop  » (http://www.enercoop.fr/ ) ,

– aider à l’émergence de projets citoyens : « Energie partagée »( http://www.energie-partagee.org/ )double  Beaucoup d’informations sont disponibles sur le site de NégaWatt, et nous recommandons la lecture du manifeste (qui s’adresse à tout public) et ce, même si nous vous livrons la conclusion de cette édition :

« Agir, parce que si l’énergie que nous consommons est au cœur des crises de ce monde, celle qui est en nous est la source des solutions ».